Quand suis-je devenu papa ?

La question paraît simple en apparence, il suffit de donner une date, une heure et éventuellement des minutes et des secondes (si l’on souhaite être précis évidemment). Sauf que passer d’un état « non papa » à un état « papa » n’est pas vraiment mesurable !

revelation
Révélation !

Aujourd’hui, environ 95% de la journée je me sens « papa », parce qu’il reste toujours des moments où je me surprends à penser à lui, à la manière d’une révélation de type « punaise c’est vrai… je suis papa !!! » (ça marche aussi avec « nom de Zeus… je suis papa !!!). Au doigt mouillé, je dirai que j’ai endossé le costume/déguisement/tenue de papa depuis au moins 3 mois.

A l’inverse, à la naissance du petit bonhomme, je ne me sentais absolument pas papa, j’avais l’impression d’être un imposteur prêt à clamer mon innocence (immaculée conception tout ça tout ça…) ! Attention, ce n’est pas je ne souhaitais pas le reconnaître, c’est juste que je pensais que je n’avais pas les épaules pour et que c’était un rôle dont je n’étais pas digne.

Le changement, la prise en compte, s’est opéré durant dans le premier mois.

Avec la disparition progressive de mes habitudes d’avant :

  • Me coucher tard (et être fatigué…)
  • Regarder un film en une fois (ou même un épisode d’une série)
  • Faire une partie de JV de plus d’une heure (ou plus…)
  • Se faire une toile, un musée, un restau, avoir une vie sociale (cette dernière vient à moi, pour le voir lui !)

Avec l’apparition relativement brutale de nouvelles habitudes :

  • Donner le biberon, dès qu’il l’a décidé (si possible dans les 5 sec)
  • Changer la couche / ses habits quand il régurgite / les notres aussi parfois… à 3h du mat… (qu’est ce qu’on ne ferait pas pour lui !)
  • La cérémonie du bain, tous les deux soirs (on découvre d’autres utilités pour le canard -non vibrant-)
  • Dormir quand il a décidé de dormir (même si on n’a pas forcément envie, au départ… c’est l’instinct de survie qui nous pousse à le faire)
  • Devenir gaga et fondre devant lui entrain de dormir/sourire/respirer/pleurer/faire n’importe quoi (objectivement… c’est forcément le plus beau !)

On le devient de manière progressive, à force d’entendre la jeune maman m’appeler papa, d’entendre mon entourage m’appeler papa et en apprenant à le connaître, en s’occupant de lui et en lui faisant une petite (énorme en vraie) place dans notre vie.

Parce qu’au final, dès la naissance c’est mon fils… devenir papa n’était qu’une question de temps 😉

Publicités

Dad… and… Geek

Comme le titre l’indique, avant toute chose, je suis papa d’un petit bonhomme de 4 mois prénommé Alexandre. Cet état -être papa- qui n’est en rien le fruit du hasard, c’était pour ma part attendu depuis bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine, me comble de bonheur, mais pas que… J’aurai l’occasion d’y revenir plus en détail dans d’autres articles, je ne voudrais pas tout dévoiler dès le départ (et aussi je vais de surprise en surprise).

il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine

Je suis donc un jeune -dans le sens néophyte de la paternité- papa ascendant geek, que ce soit les films, les séries télé, les jeux vidéos, le bricolage de pc et même au boulot… Le mot est geek est lâché non parce qu’il est à la mode, mais lorsque j’en lis la description wikipedia, j’obtiendrai presque le 20 sur 20 (en vrai plus 15-16, mais on ne va pas casser le mythe aussitôt).

 

Ce n’est pas mon premier blog et ça ne sera sans doute pas mon dernier mais j’aime en changer comme de chemise parce que ma vie a toujours été rythmé de phases différentes et je souhaite m’attarder, ici, dans ma phase découverte de la parentalité le tout au travers de mes yeux d’ex-geek-un-peu-nombriliste. Je dis ex-geek-un-peu-nombriliste parce qu’avec l’arrivée de ce petit truc rose de 3,26kg (qui en pèse plus de 7kg maintenant) on passe de « regarder son propre nombril » à « regarder le nombril de ce petit personnage », c’est automatique, on n’y peut rien et… au final… on aime ça #guimauve 😉

Bref, si je dois résumer, je suis papa, j’adore ça même si j’en bave pas mal. Et ceci est mon nouvel espace d’expression !