Le dimanche, c’est bilan : jour 1

Au soir de ma première journée avec Alexandre, quel bilan aurai-je pu faire ?

Je me souviendrai toujours de certains détails de ce début de journée. On s’est réveillé -presque tranquillement- vers 8h, on est parti vers 9h20-30 pour arriver à 10h. C’était possible parce que son arrivée était programmée (il aurait pu venir par surprise, mais il a préféré attendre sagement sa venue). La route était dégagée et on a pu profiter d’un début de journée ensoleillé avant de passer aux choses sérieuses… Parce que sa naissance c’est…

Incroyable, dingue, hallucinant, fou, magique, et tout un tas d’autres mots me traversent l’esprit à chaque milliseconde. J’ai porté mon fils -rien que cette évocation me fait sourire béatement, niaisement même- alors qu’il n’avait pas 10 minutes. Je l’ai serré tout contre moi pendant que l’on s’occupait de la maman pendant de longues minutes alors qu’il semblait dormir, tout épuisé qu’il était par les pleurs et le stress de la naissance.

Tellement de chose me sont passés par la tête, je n’arrive pas à retrouver le détail, juste les émotions brutes. Un frisson dans le dos devant l’énormité de la situation.

Moi, Papa de lui :
IMG_0539(1)

Le temps s’est figé, la journée m’a semblé durer une semaine ou plus encore. Un condensé de sentiment, notamment l’apparition de la crainte pour lui. En le voyant s’écraser contre un sein à ne plus pouvoir respirer. La joie évidemment, le soulagement aussi, il est en bonne santé, tout va bien pour lui et tout va bien pour la maman après l’opération.

A me relire, les mots joies et soulagement paraissent trop faible, trop fade. Un peu comme de manger quelque chose après avoir saturée ses papilles d’épices fortes de type wazabi, moutarde, curry…

Si Vice et Versa avait eu à illustrer tout ça, un feu d’artifice aurait été le minimum.

Le soir, en allant me coucher, je n’ai pas réussis à trouver le sommeil, revivant chaque seconde de cette journée unique, avec comme hymne, la dernière chanson que j’ai entendu dans la voiture avant de me garer :

On a attendu si longtemps pour le rencontrer, 9 mois (un peu moins en fait vu que le premier mois on ne sait pas vraiment et il est arrivé avec 10 jours d’avance), cette journée restera un moment particulier dans ma vie.

Publicités

Un commentaire sur “Le dimanche, c’est bilan : jour 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s