Comme une évidence !

En me relisant, j’ai trouvé le ton de mes articles un brin négatif par rapport à ce que je ressentait. Si je devrais résumer ma situation, ce n’est pas si difficile que ça d’avoir un petit bonhomme à charge. C’est à vrai dire plutôt facile !

Pourquoi ? Parce que ce petit bonhomme, on l’aime. On s’y attache. Même si c’est beaucoup de travail au quotidien. Mais il nous le rend au centuple avec un sourire, un rire, en se collant de fatigue contre nous, et, avec ses découvertes ! Et cela nous donne une énergie folle. Et j’en ai bien besoin en ce moment 😉

Qu’importe s’il s’agit de se lever à n’importe quelle heure de la nuit, fatigue ou pas, on y va.

Qu’importe s’il a rempli sa couche, au point qu’elle déborde… jusqu’aux épaules… On nettoie, même plusieurs fois par jour s’il faut.

Qu’importe s’il faut manger à 8h, 12h30, 16h40 et 19h45, et sans retard ! On le fait et on ne se pose pas de questions. Même si on a faim, même si notre plat va refroidir, même si on est dans l’avion ou dans un train !

En vrai, à part manger et un peu d’attention, il ne demande rien lui 😉

Pour ma part, lorsque je rentre chez moi après une journée au travail, il me suffit de le voir et de le prendre dans mes bras pour oublier tous mes tracas !

 

Alerte au sommeil…

C’est à chaque fois que je pense être sorti de la phase manque de sommeil que je replonge…

Cette fois-ci pourtant ce n’est pas lié à des excès. La dernière fois que je me suis couché après minuit -je n’en suis plus sûr- c’est pour nouvel an !

Cette fois-ci c’est junior qui a apporté la première pierre à l’édifice avec son rhume, sa fièvre et depuis peu sa conjonctivite. Le pauvre galère sans doute plus que moi (mais il ne bosse pas lui !). Il ne comprend pas bien pourquoi ses yeux sont collés au réveil et pourquoi on l’emm€rd€ à vouloir lui mettre des trucs dans le nez et dans les yeux, toutes les 2h !!!

Il a transmis le flambeau à celle qui partage mon lit (plus pour dormir -ou essayer- en ce moment), c’est à dire le rhume, la conjonctivite et donc les réveils à intervalle régulier.

Qu’elles me paraissent loin ces nuits entières et reposantes de ce début du mois de mars ! Aujourd’hui les cure-dents sont de rigueur pour maintenir mes yeux ouverts…

Tant de choses…

Il y a tant de choses que je souhaiterai raconter sur les 7 mois de mon petit, déjà 7 mois !!!

  • Son premier voyage à l’étranger et en avion : il n’est pas spécialement fan, une sombre histoire d’altitude et d’oreilles qui font mal… Sauf qu’après la Joconde, il peut désormais se venter d’avoir vu Guernica (l’oeuvre), en vrai !
  • Sa première fièvre à 38.8, à l’étranger et avant de prendre l’avion du retour sinon c’est moins drôle. Pour le coup lui était génial, souriant comme jamais, mais il devait sentir que ses parents en menaient pas large, eux… (du coup… on s’est promis d’attendre avant de recommencer les voyages !)
  • Son deuxième rhume, et pas un petit vu que la gorge est prise. Il galère pour respirer. Il est toujours encore pris, mais semble aller un peu mieux !
  • Sa diversification qui se poursuit, et il vient de gouter ses 6 premiers grammes de poulet. Sa première viande ~émitions~.

Et puis les dents… si elles ne sont toujours pas visible, ça le travaille… Mes doigts que je lui prête pour se défouler sont désormais tous plats (ou presque). Et il y a des jours comme aujourd’hui… il passe son temps à geindre…

C’est dans ces moments là où l’on se dit qu’au quotidien (hors dents / rhume / fièvre) c’est le plus gentil des bébés 😉

En attendant, je vais aller me coucher, mon fils m’a é-p-u-i-s-é, vivement qu’elles sortent ses dents !

Supplice des bras tendus

Depuis un peu plus de deux mois mon dos me fait souffrir. Un banal lumbago que j’ai contracté avec l’assistance bienveillante de la SNCF qui coupe systématique ascenseur ET escalator lorsqu’il n’y a personne pour surveiller la gare (en raison des actes de vandalisme…) ce qui n’est gère pratique lorsque l’on a un bébé dans une poussette. Et encore je ne mesure pas ma chance de ne pas être en fauteuil roulant !

Je m’égare un peu (comme bien souvent), j’ai donc mal un lumbago qui s’est transformé en sciatique. Ce n’est pas mon premier épisode douleur, mais c’est ma première fois en temps que papa poule.

Et c’est là que le titre prend tout son sens, malgré les recommandations de ne pas porter de chose lourde et prendre du repos, à chaque fois que mon petit bonhomme me tend les bras, qu’il fait cela avec un grand sourire, malgré le mal de dos j’ai une irrésistible envie de le prendre dans mes bras. Qu’importe si j’ai mal au dos, qu’importe s’il vaudrait mieux s’abstenir, je le soulève avec une petite goutte au coin de l’oeil qui trahit légèrement la douleur, et, je suis heureux !

C’est mon délicieux supplice 😉

Gestion de la patience

La patience n’a jamais été mon fort. En grandissant, j’ai appris à gérer, à peu près, ce sujet. Et si ce n’est pas ma qualité première, passer 2-3-4-5h dans un aéroport ou ne me pose plus de problème.

Avec l’arrivée d’A. c’est tout mon apprentissage de l’art de la patience qui a été mis à mal. Quand il a faim, il VEUT un biberon, quand il a sommeil, il EST grognon. Il fonctionne à l’instinct, normal, c’est un bébé…

Cela m’a fait prendre conscience de deux choses, l’origine de mon impatience chronique qui doit être un reste ou un raté de mon évolution bébé-vers-moi-maintenant. Et aussi que je ne suis pas dans la m€rd€ s’il est comme moi !!!

Malgré nos plus de 6 mois de vie commune, il m’arrive régulièrement de subir de plein fouet l’inexistence de sa patience dans les sessions « j’ai faim » et d’avoir parfois du mal à gérer le coup de stress qu’il met à ses parents, dont moi, pour avoir son petit ventre rempli.

Qu’il est facile dans ces moments là de basculer du côté obscur, de céder à la colère et de se prendre la tête avec sa maman qui vit les mêmes choses…

Il faut se rendre l’évidence, on est encore des jeunes padawan qui ont encore beaucoup à apprendre dans le rôle de parent… Et dire qu’il existe des gens qui ont plusieurs enfants, comment font-ils ?! Ils luttent aussi, c’est en tout cas ce que je crois pour me remonter le morale 😉

patience

Brève de landau (5)

En tant que parents un peu flippé par la MSN (rien à voir avec l’horreur microsoft, c’est bien plus sérieux ici), on avait entendu parler des détecteurs de respiration. Et comme le petit ne dormait plus chez nous depuis ses deux mois mais dans sa chambre nous avons acheté un appareil puis un autre, il dort aussi chez sa nourrice ! (J’ai dit un peu flippé ? seulement un peu ? 😉 ).

Jusque là ce fabuleux objet nous permettait de bien dormir, l’alarme nous préviendrait au cas où… pas besoin de vérifier la respiration.

Il y a bien quelques désagréments dans l’appareil que nous avons acheté:

  • Il fait un gros *bip* toutes les 30 secondes quand les batteries sont proches de rendre l’âme. Ce qui est dommageable à 3h53 du matin et que ça réveil le pauvre bébé qui n’avait rien demandé !
  • Il fait une jolie lumière bleu à chaque détection de respiration, on est obligé de le couvrir un peu parce que dans une chambre, la nuit, on a vite fait de se croire en discothèque avec les strobo à fond ! Ça réveille aussi un petit à 5h15 du matin quand le cache tombe…

Rien de vraiment méchant par rapport au confort que cela apporte aux parents dans leur sommeil.

Mais ça, s’était avant qu’il bouge dans son lit et qu’il décide de jeter un jouet par dessus bord, qu’il se colle à une barrière et que le détecteur ne détecte plus rien…

La sonnerie de cet appareil -surtout en pleine nuit- est un réveil ULTRA EFFICACE où l’on passe de sommeil/coma à la course folle vers la chambre du petit en une fraction de seconde. D’ailleurs je dois dire que sur le moment je n’ai pas pensé à regarder l’heure, mais juste que notre petite terreur allait bien, ce qui fort heureusement était le cas, un peu surpris de voir ses parents accourir aussi vite !

Il est temps que l’on se décide à remiser cet objet au placard… il nous a fait le coup 2x déjà !

 

 

Dimanche c’est bilan : 3 mois

A peine la bougie des deux mois soufflée et refroidie, il était temps pour le petit de rejoindre SA chambre. Quitter NOTRE chambre et vivre sa vie (je m’enflamme un peu…). Hasard ou pas, à deux mois et un jour, dans sa chambre, il a fait ses nuits.

Le plus dur n’a pas été pour lui… le lit est plus grand, les parents ne sont plus à côté et il y a plein de nounours et des éléphants volants au dessus de lui. Le top quoi !

Le plus dur n’a pas été pour la maman, fatiguée par ce petit, un peu trop bruyant et toujours en attente d’une nuit digne de ce nom.

Le plus dur a été pour moi. Alors que je clamai, avant sa naissance, que sa place était dans sa chambre. Dès son arrivée dans chez nous mon discours a changé : sa place était dans notre chambre et à côté de moi ! Le masque était tombé… je suis un papa poule…

Autant la jeune mère souhaitait l’avoir sous le coude les premiers jours, autant c’est un peu moi qu’elle attendait pour décider de l’installer dans sa chambre.

Si-tôt le Le babyphone installé, Junior a suivi. On a dormi un peu mieux tout en ayant l’oreille attentive. Quelques jours plus tard on a installé un détecteur de respiration et on a dormi encore mieux !!!

Ce 3ème mois aura aussi été l’occasion de faire des photos d’identité. Alors qu’on s’attendait à galérer pour lui faire prendre la pause (et pour le réveiller…), la séance n’a duré que 30 secondes, le temps de le poser et d’appuyer sur le déclencheur !

Du coup, à la fin de ce 3ème mois j’ai envie de dire « Youhou il fait ses nuits depuis 1 mois« , j’ai retrouvé un semblant de temps libre et il est calé sur un rythme de 3h15* en journée et nous le couchons entre 21h30 et 22h30 pour être sûr qu’il fasse sa nuit, entière. C’est également le moment où nos adorables voisins cessent de faire un vacarme de tous les diables en couchant leurs rejetons…

Après ma journée de boulot, chaque soir je subissais -en y pensant c’est toujours encore le cas… je subis donc- un coup de speed de sa part (une sorte de Zerg Rush), soit c’est le bain, soit il souhaite que l’on s’occupe de lui jusqu’au repas (le sien… parce que le nôtre c’est froid et plus tard…) avant de le coucher et d’avoir ce fameux temps libre.

Le WE c’est à peu près pareil que le soir, entre chaque biberon avec le « coucher » de la sieste.

C’est ainsi qu’en toute confiance devant ce rythme retrouvé, ma chère et tendre et moi avons décidé de nous coucher un peu plus tard pour avoir des activités autre que s’occuper du petit… (rattraper les séries en retard, lire, user manettes clavier et souris,…) Ce qui est nécessaire pour éviter de craquer à plus long terme.

Sauf que… et je ne m’y attendais pas forcément, et après avoir longtemps cru que je réussissais à gérer la fatigue… Lors de ce troisième mois, nous avons commencé à en souffrir, et ce n’était qu’un début 😉

J’en veu pour preuve la photo de mes chaussettes déparaillées que j’ai porté toute la journée avant qu’on me le fasse remarquer ^^

*c’est important le 3h15, j’y reviendrai dans un autre article pour décrire en détail le déroulement d’une journée de jeune papa