Dune… Interstellar… Ma cuisine !

Ces derniers mois, lorsque je regarde le plan de travail dans ma cuisine, je pense à Intersellar et à Dune.
Pour la première référence il s’agit d’un film de science fiction se déroulant dans un futur proche représentant une terre agonisante balayée par des tempêtes de poussière… Et pour la seconde, il s’agit d’une planète aride composé de sable (et un peu d’épice) et balayée par des tempêtes également…

Le rapport avec mon plan de travail ?

J’ai beau le nettoyer encore et encore, depuis un peu plus de huit mois, il est sans cesse recouvert d’une fine pellicule de sable poudre de lait…

Et plutôt que de me lamenter sur cet état de fait, je préfère m’imaginer mon univers SF à peu de frais 😉

Publicités

Ses bientôt 8 mois…

C’est un petit choc que de lire qu’il va sur ses 8 mois ! Déjà…
Pour ses bientôt 8 mois, le petit a pris conscience de lui, de nous et des séparations. Je résume parce qu’on a pas encore eut l’occasion d’approfondir à coup de braaaa et de breuuu (et de mamaaaaaa…).

De cet état de fait apparemment tout simple, il en découle :

  • qu’il pleure dès que l’on quitte la pièce (il est hors de question que je me fasse spoiler GoT au bureau mais aussi qu’il regarde l’épisode… il pleurera 50min… 😉 )
  • qu’il ne souhaite plus dormir pour qu’il puisse profiter de nous, ça le fatigue… et ça nous fatigue…
  • qu’il nous fait la fête comme jamais lorsqu’il nous voit : câlin, serrage, sourire, tout y passe pour nous faire fondre. Et c’est dans ces moments là qu’on se rend compte qu’il va nous mener par le bout du nez 😉

Heureusement, cela ne va pas durer bien longtemps… et que l’on va partir quelques jours en famille histoire de passer ce cap !

IMG_3201.jpg

Toujours une histoire de dos !

Depuis le début d’année je me traîne un souci de dos qui se règle petit à petit. Après plusieurs passages chez le médecin, une radio et un scanner, il semblerait que j’ai un truc qui se rapproche de la hernie discale qui pince mon nerf sciatique. Youpi…

Il est bon de savoir que ce n’est pas rare pour les jeunes parents parce que l’on a tendance à soulever les petits n’importe comment alors qu’il est important sous peine de se blesser, de ne pas se pencher en avant pour le soulever mais de se tenir droit en pliant les genoux. J’avais beau le savoir, on avait beau me le répéter, j’ai fait l’erreur de ne pas ne pas y prendre garde et voila où j’en suis (bien aidé par les ascenseurs et escalators coupés dans les gares…).

Aussi je le répète également (pour moi surtout, histoire que le message rentre), se baisser en pliant les genoux pour ramasser / porter un truc lourd -une boule d’amour de presque 9kg par exemple.

La bonne nouvelle dans mon cas c’est que normalement cet épisode devrait me passer, la mauvaise -mais je le savais déjà- : j’ai un dos de merde et il va falloir que j’y fasse super attention sous peine de finir comme ma mère/grand mère/… Je ne suis plus autant bloqué qu’au début, et, la petit douleur qui m’habite me rappelle à l’ordre chaque fois que je ne plie pas les genoux !

Encore une histoire de dos…

Cela fait plus d’un mois qu’il se tourne, retourne et même fait demi-tour dans son parc, sur son tapis de jeu et dans peu dans son lit. Je ne reviendrai pas (mais un peu quand même) sur notre hantise de la ‘msn’, mais on apprécie de le voir couché sur le dos pour la nuit et pendant ses siestes.

Jusqu’à présent il n’avait pas trop le choix ni même la possibilité de contester ce choix que l’on a fait pour lui, mais maintenant qu’il se retourne… S’en est fini du dos ! Il dort systématiquement sur le ventre. Même si on le retourne avant d’aller se coucher, on le retrouve sur le ventre au petit matin.

Pour être précis, on le retrouve sur le ventre et la tête collée dans un coin avec bien souvent un bras qui traine en dehors du lit.

Pour la raison de cette envie ? J’hésite entre nous faire stresser et pour qu’il se sente rassuré !

Au travers de cette petite histoire, je me rends compte que peu à peu il fait ses propres choix et qu’on a beau lutter pour lui imposer nos vues, c’est une guerre perdue d’avance dont on ne peut que prolonger -un peu- l’inévitable issue !

Bref, on le laisse dormir comme il veut, même si ce n’est pas sur le dos !

 

 

Histoire d’onomatopée

Cela fait quelques semaines que je répète inlassablement « papa » à mon petit avec l’espoir que le mot rentre rapidement dans son langage, et, de manière un peu joueuse pour l’entendre avant « mama » ou « maman« .

Ce WE, par je ne sais quelle miracle, une première manche c’est joué dans la partie de « dira-t-il maman ou papa en premier ? ».

C’est avec une pointe de jalousie que je cède cette première manche après avoir entendu plusieurs fois… distinctement…  « mama mama mama« …

La partie n’est pas finie, je compte me refaire, le match n’est pas terminé 😉

ps: blague à part, on était bien fier de ce petit bonhomme qui découvre l’articulation dans ses babillages !