Ma vie en musique #2

J’en ai déjà parlé ici, mais en y repensant, était-ce vraiment du hasard ou un signe du destin ?

J’étais en voiture, il faisait beau pour cet avant dernier jour d’été 2015, je venais de déposer N. à la maternité pour la césarienne programmée. Je devais juste stationner le véhicule avant d’aller la rejoindre, et à la radio, sur OUI FM, passe ce morceau d’anthologie… A l’image du moment que j’allais vivre quelques heures plus tard : la rencontre de mon premier enfant !

En y repensant, peu ou pas d’autre chanson ne pourrait illustrer ce moment incroyable… J’allais avoir un fils, mon enfant ! Un être humain dont j’allais être responsable et qui allait s’appuyer sur moi pour grandir et plus tard… bien plus tard… devenir un homme (mais avant un petit garçon plein de vie et d’amour #guimauve) 😉

Publicités

Ma vie en musique #1

Bien que je n’en écoute probablement pas assez… la musique a toujours eu une place important dans ma vie. Chaque période son morceau, souvenir joyeux ou même triste, la musique me permet de revivre très précisément un moment de ma vie…

Pour ce premier morceau, en printemps ’98 pour le bac… j’ai passé une nuit quasi-blanche à stresser (pour pas grand chose à vrai dire !) et j’ai écouté ce morceau en boucle. A l’époque, la seule fonction repeat que j’avais c’était de rembobiner la cassette et de refaire play 😉

Rien qu’à l’écouter je m’y revois à me dire que j’aurai du réviser un peu plus 😀

Le soufflet va retombe, il le faut !

Après des semaines un peu de fou et de merde (boulot, déménagement, garde d’enfant, rangement, nettoyage, et un milliard d’autre chose pénible à faire…), les choses devraient finir par se tasser.

La crèche a débuté pour #2 et #1 fait sa rentrée jeudi (et hop, 2 jours de vacances gagnés). Le temps passe trop vite et je me rends compte que je n’ai pas assez profité de #2 et de ses premiers mois.

Mais en même temps, je n’ai pas de regrets parce que je ne pouvais tout simplement pas. Trop fatigué, trop occupé et trop stressé par les changements à venir. Plus j’y pense et plus j’ai du être chat dans une autre vie. Je n’aime pas déménager, même si je dois en avoir fait pas loin d’une dizaine, j’espère qu’il s’agira d’un des derniers : j’aime mon territoire, j’ai besoin d’avoir mes habitudes, mes repères, ma tanière et ici tout est à refaire !

Les choses devraient se tasser et je vais enfin pouvoir me concentrer à nouveau sur mon activité afin de me libérer l’esprit pour mon temps libre. D’ailleurs, les choses n’ont pas le choix, il sera difficile d’être autant chamboulé que cette année : un beau bébé, une jolie maison et ma petite entreprise ! Et quand je parle d’année, on est plutôt sur 6-9 mois. La fin d’année sera mise à contribution pour laisser retomber le soufflet, c’est nécessaire, vitale, une question de survie mentale. La dépression n’était pas loin de faire son retour…

Les cartons se videront doucement mais surement, il sera question de profiter ces prochains jours 😉

En attendant, je réécoute en boucle ce que j’écoutais il y a 17ans… quand je venais de déménager sur Paris, une autre vie ça aussi !