Ma vie en musique #2

J’en ai déjà parlé ici, mais en y repensant, était-ce vraiment du hasard ou un signe du destin ?

J’étais en voiture, il faisait beau pour cet avant dernier jour d’été 2015, je venais de déposer N. à la maternité pour la césarienne programmée. Je devais juste stationner le véhicule avant d’aller la rejoindre, et à la radio, sur OUI FM, passe ce morceau d’anthologie… A l’image du moment que j’allais vivre quelques heures plus tard : la rencontre de mon premier enfant !

En y repensant, peu ou pas d’autre chanson ne pourrait illustrer ce moment incroyable… J’allais avoir un fils, mon enfant ! Un être humain dont j’allais être responsable et qui allait s’appuyer sur moi pour grandir et plus tard… bien plus tard… devenir un homme (mais avant un petit garçon plein de vie et d’amour #guimauve) 😉

Comme un air de rentrée des classes

Toutes les bonnes choses ont une fin, aujourd’hui c’est mes congés qui se sont terminés…

Je  ne suis pas venu au boulot la boule au ventre, j’en suis de plus en plus détaché et il arrive de moins en moins de me stresser.

C’est plutôt en regardant en arrière sur ces deux dernières semaines que je suis un brin nostalgique. Si mes vacances n’ont pas été aussi dépaysantes qu’habituellement parce qu’à vrai dire on n’a pas fait grand chose… J’ai pu me reposer, reposer un peu mon dos (qui m’emmerde encore vraiment 6 mois plus tard…), et surtout passer du temps avec mon fils et ma femme.

Il a découvert la piscine, le sable et la mer. Si les premières fois il n’a pas vraiment aimé et a même plutôt eu peur, les fois suivantes ont été riches en souvenirs. Dans la piscine il a fait sa star dans sa petite bouée, sur la plage il a rampé sans limite (ou presque) et a fait crisser le sable sur ses 3 dents (héhé…).

Et ce soir, femme et enfant poursuivront un peu les congés en Alsace. L’appartement va sembler bien vide sans cris, sans rire…

Il était temps…

Je ne compte plus les fois où je l’ai entendu baragouiner « mamamamamamama », ni les autres fois où je l’ai spammé avec des « papa » en espérant qu’il me répète… Mais finalement, hier, il l’a enfin fait (et de nombreuses fois) : « bababababababa ». Certes ce n’est pas un « papa » ni même un « baba » pour m’appeler, mais je ne vais pas bouder mon plaisir pour si peu !

J’avais déjà du mal avant de ne pas céder devant sa bouille adorable, si en plus il fait vibrer ma corde sensible… ❤

Niveau score : mamamama 1 – 1 babababa 😉

Enjoy the silence

C’est déjà la 3ème fois que je me retrouve seul à l’appart sans femme ni enfant, et, alors que je devrais en profiter pour faire tout mes trucs d’ado attardé (regarder des films à la con, user les manettes jusqu’à la corde et manger des pizzas à chaque repas…), je ne m’y fais toujours pas !

Toujours ce gros sentiment de vide dans l’appart, pas de petit cri, de parole ou de sourire… Plus que 4 dodos et ça repart 😉

De nouveauté en nouveauté…

La semaine prochaine sera difficile, il va falloir à nouveau que je me passe de ma drogue dur… Maman & bébé seront quelques jours en Alsace alors que je resterai dans la capitale à suer sang et eau pour ramener de l’argent à la maison (plaignez moi !!!).

Ma crainte, comme à chaque fois, sera de passer à coté d’une nouvelle découverte d’Alexandre, de n’en profiter qu’à travers un récit, une photo ou une vidéo…

Heureusement pour moi, côté nouveauté, cette semaine il nous a gâté ! Malgré les grèves, les inondations et les retards de trains (qui n’ont déjà pas besoin des deux précédentes excuses pour exister, mais c’est un autre débat…). Bref, malgré le peut de temps passé avec lui éveillé, j’ai pu assister à son premier déplacement en rampant environ 1m. L’histoire, son Histoire avec un grand H, retiendra que c’est pour attraper le smartphone de maman –il veut commencer tôt-.  Il va d’ailleurs falloir changer quelques membres et vraiment mieux ranger / aspirer / et tout un tas de trucs chiants auxquels je ne pense pas mais qui sont nécessaires quand on a un petit bonhomme qui peut se déplacer partout dans l’appart.

Et hier soir, à sa première dent qui pour l’instant ne sort que d’un petit millimètre –mais que l’on sent bien quand il mord-. Ce n’était qu’une question de temps que l’on se disait depuis ses 5 mois… même si depuis samedi on sentait un léger gonflement de sa gencive en bas à gauche.

Avec ces deux grosses nouveauté, je me sens un peu plus serein pour son passage dans le Grand Est (#NomDeRegionAlaCon). Il grandit vite, trop vite… C’est difficile de vouloir profiter de tous ces moments, et je sens que d’ici peut on se battra sans doute à la maison pour ses derniers biberons avant qu’il ne les engloutisse seul, comme un grand qu’il est entrain de devenir !

Galères…

A défaut de suivre les infos vu l’heure à laquelle je rentre… cette semaine, je les vis !

  • Galère de transports (trajet A)coupés à cause des coulées de boues : check !
  • Galère de transports de secours (trajet B) à cause d’une crue : check !
  • Galère de transports de secours (trajet C) cause de la grève des transports : check !

Il en résulte que j’en ai vraiment plein le dos, dans tous les sens du terme. Ma doc’ souhaitait m’arrêter ce matin, j’allais dire oui, sauf que j’avais un rendez-vous à côté de mon boulot pour une infiltration dans le dos – il serait temps que j’en finisse… 4 mois déjà… Et surtout, ça aurait été dommage de ne pas tester le plan C 😉

Heureusement qu’en arrivant à la maison ce soir, tous ces petits tracas ont été éclipsés par un grand sourire et une quantité non négligeable de bave sur moi !

Ce qui m’a fait penser à un article lu dans science et vie à propos du bonheur. Le fait de devenir parent apportait un boost de bonheur sur environ 18mois. J’arrive bientôt à la mi-temps, mais je pense rester sur cette onde positive bien plus longtemps. Aidé par ce petit bonhomme ultra souriant et débordant d’énergie : ❤

Il aura fait voler en éclat ma très fine carapace qui suinte désormais de guimauve, mais ne le dites à personne, le coup de grâce viendra quand il dira papa 😉
En attendant il me nargue !
IMG_2452

 

Comme une évidence !

En me relisant, j’ai trouvé le ton de mes articles un brin négatif par rapport à ce que je ressentait. Si je devrais résumer ma situation, ce n’est pas si difficile que ça d’avoir un petit bonhomme à charge. C’est à vrai dire plutôt facile !

Pourquoi ? Parce que ce petit bonhomme, on l’aime. On s’y attache. Même si c’est beaucoup de travail au quotidien. Mais il nous le rend au centuple avec un sourire, un rire, en se collant de fatigue contre nous, et, avec ses découvertes ! Et cela nous donne une énergie folle. Et j’en ai bien besoin en ce moment 😉

Qu’importe s’il s’agit de se lever à n’importe quelle heure de la nuit, fatigue ou pas, on y va.

Qu’importe s’il a rempli sa couche, au point qu’elle déborde… jusqu’aux épaules… On nettoie, même plusieurs fois par jour s’il faut.

Qu’importe s’il faut manger à 8h, 12h30, 16h40 et 19h45, et sans retard ! On le fait et on ne se pose pas de questions. Même si on a faim, même si notre plat va refroidir, même si on est dans l’avion ou dans un train !

En vrai, à part manger et un peu d’attention, il ne demande rien lui 😉

Pour ma part, lorsque je rentre chez moi après une journée au travail, il me suffit de le voir et de le prendre dans mes bras pour oublier tous mes tracas !