Stress test…

Depuis aussi longtemps que je m’en souvienne, le soir avant de manger, c’est un moment devenu assez pénible avec junior. Dès qu’il voit un biberon, un pot de purée ou tout autre chose qu’il pourrait se mettre sous la dent, la cirque commence.

Il hurle, pleure, s’énerve et plus encore. Ce qui en plus de générer un certain stress chez les parents, nous fait perdre pas mal de temps pour essayer de le maitriser et de le préparer (installation dans la chaise haute, mettre un bavoir, …).

Si on a le malheur de prendre trop de temps ou trop l’énerver, le reste de repas est sport. Il veut tout et tout de suite quitte à s’étouffer et à en mettre partout. Sans parler d’après, s’il est vraiment énervé, il régurgite, c’est très rare, mais c’est une espèce de « finish him / here »…

Je ne sais pas si ma patience à atteint ses limites ou s’il devient de pire en pire, mais je commence à redouter ces moments… Même si en relativisant, cela ne dure que 5-10 min, j’en ressors usé et essoré. La maman un peu moins… A-t-elle plus l’habitude ? met-elle plus de distance ? Ou alors fait-elle semblant d’être détachée ? Bonne question…

Heureusement que, passé ce stade, lorsqu’il digère, il redevient un petit ange affectueux et calme…

Il me semble en avoir déjà parlé, mais ce sujet est plus jamais jamais d’actualité pour ses bientôt 10 mois. Vivement que l’on puisse communiquer afin de lui expliquer certaines choses… Il est plus que jamais dans sa période « je râle et je pleure si je n’ai pas ce que je veux ». Je me demande comment tenir ces prochaines semaines lorsque l’on sera avec lui H24… Un vrai stress test en live !

 

Paradoxe du gourmand

Alors qu’il met à peu près tout dans sa bouche, que l’on soit d’accord ou non, nous avons décidé ce week end de lui faire gouter des bouts de bananes. Pas trop gros, parce qu’il manque un peu d’instinct de notre point de vue… Mais pas trop petit, parce qu’on se voit mal lui donner de la purée jusqu’à ses 18ans !

Test Morceau 1 : On a mis le morceau devant sa bouche, pour qu’il le morde (comme il le fait si bien avec nos doigts). Et il l’a gobé d’un coup… avant de le recracher, il était un peu trop gros. On a été pris par surprise et on avait pas prévu de le laisser gober.

Test Morceau 2 : Même procédure, mais en faisant plus attention qu’il ne gobe pas tout, et ça marche, même si on a le droit a une grimace parce que le morceau n’a pas été mâché mais avalé directement. ***Gloups***

Test Morceau 3 : on lui met le morceau dans la main, sachant qu’il porte tout à la bouche, on se dit qu’il va avoir le réflex de faire de même et de le manger… Et on a tort, il l’écrabouille et l’étale partout sur lui… Fail !

Test Morceau 4… 5… et 6 : On prend les même et on recommence. Alors qu’il est capable de manger un mouchoir, un bras, des cheveux et j’en passe. Si l’on met un morceau de banane dans ses mains, vu que c’est trop simple… il ne le mange pas !

Devant l’état de ses mains, de ses habits et de son siège (et vu qu’il grognait aussi parce qu’il avait faim…-monsieur veut se faire nourrir-) on a remis nos prochains tests pour un autre jour.

Il n’est pas encore arrivé le jour où il mangera tout seul ! Monsieur souhaite encore être servit et rapidement 😉

Toujours une histoire de dos !

Depuis le début d’année je me traîne un souci de dos qui se règle petit à petit. Après plusieurs passages chez le médecin, une radio et un scanner, il semblerait que j’ai un truc qui se rapproche de la hernie discale qui pince mon nerf sciatique. Youpi…

Il est bon de savoir que ce n’est pas rare pour les jeunes parents parce que l’on a tendance à soulever les petits n’importe comment alors qu’il est important sous peine de se blesser, de ne pas se pencher en avant pour le soulever mais de se tenir droit en pliant les genoux. J’avais beau le savoir, on avait beau me le répéter, j’ai fait l’erreur de ne pas ne pas y prendre garde et voila où j’en suis (bien aidé par les ascenseurs et escalators coupés dans les gares…).

Aussi je le répète également (pour moi surtout, histoire que le message rentre), se baisser en pliant les genoux pour ramasser / porter un truc lourd -une boule d’amour de presque 9kg par exemple.

La bonne nouvelle dans mon cas c’est que normalement cet épisode devrait me passer, la mauvaise -mais je le savais déjà- : j’ai un dos de merde et il va falloir que j’y fasse super attention sous peine de finir comme ma mère/grand mère/… Je ne suis plus autant bloqué qu’au début, et, la petit douleur qui m’habite me rappelle à l’ordre chaque fois que je ne plie pas les genoux !

Encore une histoire de dos…

Cela fait plus d’un mois qu’il se tourne, retourne et même fait demi-tour dans son parc, sur son tapis de jeu et dans peu dans son lit. Je ne reviendrai pas (mais un peu quand même) sur notre hantise de la ‘msn’, mais on apprécie de le voir couché sur le dos pour la nuit et pendant ses siestes.

Jusqu’à présent il n’avait pas trop le choix ni même la possibilité de contester ce choix que l’on a fait pour lui, mais maintenant qu’il se retourne… S’en est fini du dos ! Il dort systématiquement sur le ventre. Même si on le retourne avant d’aller se coucher, on le retrouve sur le ventre au petit matin.

Pour être précis, on le retrouve sur le ventre et la tête collée dans un coin avec bien souvent un bras qui traine en dehors du lit.

Pour la raison de cette envie ? J’hésite entre nous faire stresser et pour qu’il se sente rassuré !

Au travers de cette petite histoire, je me rends compte que peu à peu il fait ses propres choix et qu’on a beau lutter pour lui imposer nos vues, c’est une guerre perdue d’avance dont on ne peut que prolonger -un peu- l’inévitable issue !

Bref, on le laisse dormir comme il veut, même si ce n’est pas sur le dos !

 

 

Histoire d’onomatopée

Cela fait quelques semaines que je répète inlassablement « papa » à mon petit avec l’espoir que le mot rentre rapidement dans son langage, et, de manière un peu joueuse pour l’entendre avant « mama » ou « maman« .

Ce WE, par je ne sais quelle miracle, une première manche c’est joué dans la partie de « dira-t-il maman ou papa en premier ? ».

C’est avec une pointe de jalousie que je cède cette première manche après avoir entendu plusieurs fois… distinctement…  « mama mama mama« …

La partie n’est pas finie, je compte me refaire, le match n’est pas terminé 😉

ps: blague à part, on était bien fier de ce petit bonhomme qui découvre l’articulation dans ses babillages !

Gestion de la patience

La patience n’a jamais été mon fort. En grandissant, j’ai appris à gérer, à peu près, ce sujet. Et si ce n’est pas ma qualité première, passer 2-3-4-5h dans un aéroport ou ne me pose plus de problème.

Avec l’arrivée d’A. c’est tout mon apprentissage de l’art de la patience qui a été mis à mal. Quand il a faim, il VEUT un biberon, quand il a sommeil, il EST grognon. Il fonctionne à l’instinct, normal, c’est un bébé…

Cela m’a fait prendre conscience de deux choses, l’origine de mon impatience chronique qui doit être un reste ou un raté de mon évolution bébé-vers-moi-maintenant. Et aussi que je ne suis pas dans la m€rd€ s’il est comme moi !!!

Malgré nos plus de 6 mois de vie commune, il m’arrive régulièrement de subir de plein fouet l’inexistence de sa patience dans les sessions « j’ai faim » et d’avoir parfois du mal à gérer le coup de stress qu’il met à ses parents, dont moi, pour avoir son petit ventre rempli.

Qu’il est facile dans ces moments là de basculer du côté obscur, de céder à la colère et de se prendre la tête avec sa maman qui vit les mêmes choses…

Il faut se rendre l’évidence, on est encore des jeunes padawan qui ont encore beaucoup à apprendre dans le rôle de parent… Et dire qu’il existe des gens qui ont plusieurs enfants, comment font-ils ?! Ils luttent aussi, c’est en tout cas ce que je crois pour me remonter le morale 😉

patience

Brève de landau (5)

En tant que parents un peu flippé par la MSN (rien à voir avec l’horreur microsoft, c’est bien plus sérieux ici), on avait entendu parler des détecteurs de respiration. Et comme le petit ne dormait plus chez nous depuis ses deux mois mais dans sa chambre nous avons acheté un appareil puis un autre, il dort aussi chez sa nourrice ! (J’ai dit un peu flippé ? seulement un peu ? 😉 ).

Jusque là ce fabuleux objet nous permettait de bien dormir, l’alarme nous préviendrait au cas où… pas besoin de vérifier la respiration.

Il y a bien quelques désagréments dans l’appareil que nous avons acheté:

  • Il fait un gros *bip* toutes les 30 secondes quand les batteries sont proches de rendre l’âme. Ce qui est dommageable à 3h53 du matin et que ça réveil le pauvre bébé qui n’avait rien demandé !
  • Il fait une jolie lumière bleu à chaque détection de respiration, on est obligé de le couvrir un peu parce que dans une chambre, la nuit, on a vite fait de se croire en discothèque avec les strobo à fond ! Ça réveille aussi un petit à 5h15 du matin quand le cache tombe…

Rien de vraiment méchant par rapport au confort que cela apporte aux parents dans leur sommeil.

Mais ça, s’était avant qu’il bouge dans son lit et qu’il décide de jeter un jouet par dessus bord, qu’il se colle à une barrière et que le détecteur ne détecte plus rien…

La sonnerie de cet appareil -surtout en pleine nuit- est un réveil ULTRA EFFICACE où l’on passe de sommeil/coma à la course folle vers la chambre du petit en une fraction de seconde. D’ailleurs je dois dire que sur le moment je n’ai pas pensé à regarder l’heure, mais juste que notre petite terreur allait bien, ce qui fort heureusement était le cas, un peu surpris de voir ses parents accourir aussi vite !

Il est temps que l’on se décide à remiser cet objet au placard… il nous a fait le coup 2x déjà !